Son chalet

   

 

     

Ce chalet faisait face au sud d'où l'on pouvait contempler ce très beau lac. Le soleil traversait l'horizon d'est en ouest au-dessus des montagnes et était visible toute la journée. Le site avait été choisi avec soin.

320LChaletsud.jpg  

Ainsi, à l'arrière du chalet, la forêt n'avait pas de fin et semblait nous protéger contre le vent froid du nord. Souvent j'ai remarqué qu'en arrivant au bord du lac, du côté sud, le vent était fort. Mais lorsque nous nous approchions de notre chalet, les vagues s'affaiblissaient, le vent s'estompait et le calme régnait. Le chalet était bâti sur une pointe de roc qui s'avançait dans le lac. Ceci nous permettait d'avoir une vue panoramique de plus de 200 degrés.

  
Phanalthermos8321.jpg

L'intérieur était chaleureux car ma mère s'en était bien occupée. Des meubles anciens avaient été traversés en chaloupe et peints à la main en rouge vif. Une grande table ovale occupait le centre de la pièce surmontée d'un fanal au naphta avec éclairage en-dessous. Mon père avait dû l'importer des États-Unis car ce modèle ne se vendait pas au Canada.

  

Il y avait pas moins que 12 chaises en bois et 4 chaises berceuses autour de la pièce. Une pompe à eau rouge avait été installée sur le comptoir et de jolis petits rideaux à carreaux rouge et blanc agrémentaient le tout. Ma mère avait installé un mobile près d'une fenêtre et ça faisait un joli bruit lorsqu'il y avait du vent. Au centre du chalet s'élevait un poêle à deux ponts en fonte noire que ma mère s'empressait de renoircir au besoin.

   
300HChaletMaman02.jpg
   
200LLeBijou.gif

Ce poêle avait été acheté d'un fermier qui l'utilisait pour chauffer sa grange. La chaleur dégagée par ce poêle à bois était si intense que seule ma mère arrivait à le maîtriser par de multiples ajustements. Un talent qu'elle avait dû acquérir à la ferme de son père lorsqu'elle était jeune.

À l'arrière du chalet, deux chambres séparées par une salle de bain, une pour les parents et une pour les enfants. Nous étions contents mon frère, ma soeur et moi, de partager la même chambre.

   

Plus tard, j'ai aidé mon père à moderniser son chalet en installant l'éclairage et le chauffage au propane dans la cuisine, l'éclairage 12 volts à l'aide d'une batterie d'automobile dans les chambres et la salle de bain...

Nous avons passé un automne complet à refaire les assises des piliers sous le chalet. Pour ce faire, son plan fût d'utiliser des blocs de béton pour cheminée, de les empiler à la bonne hauteur et de les remplir de ciment. C'était un très bon plan car nous n'avions pas besoin de formes et la quantité de ciment requise était moindre que l'utilisation de sonotubes. Nous avons dû transporter en chaloupe des poches de ciment et des blocs de béton.

Que de bons souvenirs... La toilette chimique qu'il fallait vider dans le bois, gare à ceux qui trébuchaient en la transportant... Je me rappelle d'une fois où mon père était revenu tout éclaboussé... En prononçant certains mots «interdits». Les soirées de cartes avec les grands-parents qui se terminaient avec une traversée du lac à la noirceur et à la lampe de poche. J'étais le capitaine et j'avais la responsabilité d'éclairer le quai à l'avant du chalet. Ce quai avait été construit à l'aide de troncs d'arbre et de barils en acier de 45 gallons.

   
320LChalet1972e.jpg

À l'automne, il fallait enlever les barils et sortir le quai de l'eau. La plupart du temps, il y en avait 2 ou 3 qui avaient été percés par la rouille et qui devaient être remplacés au printemps suivant. C'était notre endroit préféré pour la pêche à la truite.

Yvon, Hélène, Richard, 1972

  
     
Page précédente Page suivante
     

  

  

  

  © 2008-2019 Richard Blais canadian_flag_40x20.gif
Crédit photo obligatoire www.mauriceblais.ca